L’endurance au football

endurance au footballPour schématiser, on peut dire que la course à pied se divise en deux types d’effort que sont l’endurance et la vitesse (+ d’info sur www.stephane-ouzounoff.fr). La facilité serait de dire que le football est un sport où les sprints s’enchaînent donc il ne faut travailler que cet aspect ! Grave erreur, la vitesse est liée à l’endurance d’une manière générale et encore plus au football car si un joueur est trop fatigué les 15 dernières minutes, ses sprints s’en ressentiront.

Aérobie, anaérobie lactique, anaérobie alactique : quesako ?

Ce sont trois sources de production d’énergie en fonction d’un critère principal : la durée de l’effort. L’anaérobie alactique n’apporte de l’énergie que durant quinze secondes maximum, soit l’équivalent d’un sprint bref mais très intense. L’anaérobie lactique prend en quelque sorte le relais jusqu’à trois minutes d’effort. Elle se caractérise notamment par la création d’acide lactique. Enfin, l’aérobie correspond au travail en endurance.

Comment travailler l’endurance au football ?

L’endurance se travaille principalement par la course à pied sur des allures spécifiques. Il est toujours intéressant de connaître la Vitesse Maximale Aérobie (la fameuse VMA), 100% de cette vitesse vous fait passer en anaérobie lactique. A partir de la, il est simple de faire un travail une allure donnée. Pour faire simple et concret, si un joueur a une VMA de 16km/h, un travail aérobie se fera entre 65% et 80% de VMA soit entre une allure entre 10.4km/h et 12.8km/h. Le pourcentage de VMA va définir l’allure et il faudra également tenir compte de la distance ou durée de l’effort. 80% de VMA pour des footballeurs non spécialiste de la course à pied se fait sur 7-10km pas plus.

Pour travailler l’endurance, rien de mieux que de créer un parcours de 2-4km et de le faire sur 40-45 minutes en faisait respecter les temps de passage donnés par la VMA.

Quand travailler l’endurance au football ?

L’endurance étant la base, il est intéressant de la travailler dès le début de la préparation physique sur 2 ou 3 semaines en incorporant au fur et à mesure un travail de vitesse. Il n’est pas exclu, ni interdit de faire une piqure de rappel tous les 2 mois par exemple.

Bonne préparation